Articles

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Article

L’étude sur l’édition en Suède est disponible

avril 2019

Les différents indicateurs du marché du livre suédois sont orientés à la hausse avec, en 2018, plus de 7 400 nouveaux titres publiés avec une croissance tirée par les formats numérique et audio, un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de couronnes suédoises (soit 178 millions d’euros), ou encore plus de 42 millions d’exemplaires vendus.

 

Ces dernières années, le développement du livre audio a largement reconfiguré le marché. Il représente presque 20 % des ventes de livres en 2018. En 2016, la plateforme Storytel, créée en 2005 et aujourd’hui leader du marché du livre audio, a racheté l’éditeur historique Norstedts. Avec la montée en puissance de cette plateforme, on a constaté une transition de l’achat de livres sur CD vers un modèle d’abonnement (lecture en streaming) avec écoute illimitée. Le succès de Storytel auprès des lecteurs a permis à cette entreprise de se diversifier, de créer ses propres contenus et d'acquérir des maisons d’édition dont les catalogues se prêtent bien au format audio, comme les romans de Norstedts et les livres jeunesse de Rabén & Sjögren. En plus de Storytel, les plateformes BookBeat, qui appartient à Bonnier, le premier groupe éditorial suédois, et Nextory proposent ce même type d’abonnement.

 

Alors que le marché audio se développe, les catalogues s’adaptent à ce format. Ces dix dernières années, la littérature générale a suivi un développement précis et s’est tournée de plus en plus vers la littérature de genre dominée par les polars et les thrillers. Les auteurs suédois de thrillers sont assurément très réputés et largement traduits à l’étranger, même si le nombre de cessions marque désormais le pas. Du côté des meilleures ventes, les ouvrages feel-good rencontrent de beaux succès en librairie, parmi lesquels on a récemment remarqué quelques auteurs français. À l’inverse, d’autres secteurs sont à la peine et moins en vogue ces dernières années, notamment les livres pratiques ou les ouvrages historiques et biographiques.

 

Du côté des traductions, on constate un goût prononcé pour les auteurs des autres pays nordiques et, sans surprise, pour les auteurs anglo-saxons. Toutefois, le français n’est pas en reste. En 2017, selon les derniers chiffres du SNE/BIEF, les éditeurs français ont cédé les droits de traduction de 128 titres aux éditeurs suédois, un chiffre stable par rapport à 2017. Il s’agit majoritairement de bandes dessinées et de romans ; dans une moindre mesure d'essais et de livres jeunesse.


Clémence Thierry
avr. 2019

Plus d'infos