Articles

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Compte rendu

Retour sur la Foire du livre de Guadalajara, une des plus fréquentées au monde

décembre 2018

Des éditeurs de 46 pays étaient présents à cette foire à la fois professionnelle et grand public, avec, indépendamment des éditeurs mexicains bien sûr, de très importantes délégations d'Espagne, du Brésil, d'Argentine... Le Portugal, pays invité d'honneur, avait comme il est de tradition, mis les petits plats dans les grands : 40 auteurs avaient fait le déplacement pour animer des lectures, des débats et pour donner des interviews. Des concerts étaient organisés dans la ville chaque soir, ainsi que trois expositions et un festival du film portugais. Des productions théâtrales originales ont également été présentées car c'est bien toute la culture du pays invité qui est mise à l'honneur partout dans la ville, dans une ambiance chaleureuse et festive.

 

La foire est l’une des plus fréquentées au monde avec 850 000 visiteurs (l'agglomération de Guadalajara compte 4,3 millions d'habitants) et une activité qui ne se dément pas tout au long de la semaine. Trois journées au milieu de l'évènement sont particulièrement dédiées aux professionnels, même si les échanges commencent dès les premiers jours.

 

Malgré la concurrence de l'anglais, le français continue d'être très étudié

Trois Alliances françaises sont installées à Guadalajara. Le BIEF, en partenariat avec elles, avec l'ambassade de France et avec la Librairie française de Mexico, permet comme chaque année aux éditeurs et sous-agents d'être présents à cette manifestation culturelle majeure et de dynamiser les échanges. 50 éditeurs étaient représentés sur un peu plus de 70 m².

 

La foire est une occasion unique de dialoguer avec l'ensemble des partenaires latino-américains que les responsables de droits n'ont pas toujours l'opportunité de rencontrer à Francfort. Beaucoup manifestent une grande curiosité pour la production hexagonale et souhaitent que les droits puissent être conclus avec des partenaires locaux et non pas exclusivement avec des droits mondiaux espagnols cédés à de grands groupes internationaux.

 

De plus en plus d'ailleurs, les contrats de cessions prévoient que les droits puissent être revendus à des maisons dans ces pays, si les livres ne sont pas exploités physiquement à l'issue de la première année de publication par l’éditeur ibérique...


Nicolas Roche
déc. 2018
Précédent Suivant