Articles

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Compte rendu

Les premières Assises du livre en français reçues à Saint-Malo

mai 2018

Modèle de coopération entre les éditeurs, vente d’ouvrages francophones dans le monde, cessions de droits…, autant de questions qui ont été abordées au fil des rencontres qui se sont déroulées du 19 au 21 mai et qui ont réuni éditeurs de tout l’espace-monde en français, écrivains, agents, responsables d’associations comme l’AIEI ou l’AILF, et représentants des institutions comme l’OIF, le CNL, l’Institut français, le ministère de la Culture et bien sûr le BIEF.

 

"Les libertés de créer" dans l’espace francophone

La première table ronde, "Libertés de créer", a donné la voix aux revendications des auteurs et a permis de réfléchir à un certain nombre d’enjeux et d’obstacles inhérents au métier d’écrivain, en les replaçant dans le contexte global de l’espace francophone : liberté d’expression et de création ; droits des auteurs et relations auteurs-éditeurs ; identité francophone et relation à la France ; mobilité des auteurs et diffusion des œuvres dans l’espace francophone et au-delà ; lieux, institutions et réseaux favorisant l’exercice du métier et la promotion des auteurs.

 

Cette table ronde a réuni Felwine Sarr (éditeur et auteur), Yanick Lahens (écrivaine), Ibrahima Aya (écrivain et fondateur des éditions Tombouctou), Ananda Devi (écrivaine), Yamen Manai (écrivain) et Audrée Wilhelmy (écrivaine). La modération était assurée par Felwine Sarr et Judith Roze (Institut français).

 

Les coéditions, les cessions de droits et la circulation des idées

La deuxième table ronde, "Coéditions, cessions de droits et circulation des idées", a été l'occasion d'aborder la circulation des textes qui se heurte parfois à une méconnaissance des acteurs et des réalités des marchés, avec des prix de vente de livres importés de France souvent inadaptés au pouvoir d’achat local. Certains auteurs, éditeurs et responsables de droits, ou encore agents d’éditeurs, sont très attentifs aux possibilités qu’offrent les cessions de droits et les coéditions en français aux maisons implantées dans les pays de la zone. Pour autant, et comme on a pu le vérifier lors de la table ronde, il reste à favoriser un mouvement de fond et à trouver les termes de partenariats équilibrés associant tous les acteurs de la chaîne du livre, dont les pouvoirs publics locaux.

 

Cette table ronde a réuni Elisabeth Daldoul (éditions Elyzad et membre de l’AIEI), Smail M’han (éditions Hibr), Marie Desmeures (Actes Sud), Pierre Astier (agent littéraire), Dany Laferrière (écrivain) et Kettly Mars (écrivaine). La modération était assurée par Rodney Saint-Éloi (écrivain et éditeur) et Nicolas Roche (BIEF).

 

La diffusion du livre et la librairie dans l’espace francophone

Lors de la troisième table ronde, "Diffusion du livre et librairie", ont été abordés plusieurs sujets touchant à l’écosystème du livre. Avec la volonté de toucher un public large, il s’agit de faire coexister harmonieusement la diffusion marchande (les librairies) et la diffusion non marchande (par exemple les bibliothèques), d’offrir à chaque acteur les conditions d’une rentabilité suffisante et un cadre juridique assez stable et protecteur, mais également de développer le lectorat grâce à l’apprentissage du français. Un focus a également été fait sur les possibilités offertes par le livre audio et les expériences de diffusion numérique, notamment en Afrique sub-saharienne.

 

Cette dernière table ronde a réuni Valérie Lévy-Soussan (Audiolib), Yvon Lagoutte (YouScribe), Vincent Le Tacon (Flammarion), Christian Robert (Au vent des îles) et l’écrivain Kossi Efoui. Emmelie Prophète (écrivaine et journaliste) et Simon Vialle (CNL) assuraient la modération.

 

À partir des problématiques dégagées à Saint-Malo, il reste à préparer les futurs États généraux en associant tous les acteurs concernés, en France et à l’étranger. Un sujet à suivre !


Nicolas Roche
mai 2018