Articles

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Compte rendu

Taïwan, un petit marché très dynamique

février 2019

Organisée par la Taipei Book Fair Foundation sous les auspices du ministère de la Culture de Taïwan, la Foire internationale du livre de Taipei a pris ses quartiers, juste après le Nouvel An chinois, au Taipei World Trade Center, Hall 1 pour l’édition généraliste et Hall 3 pour l’éducation et la jeunesse, soit 30 000 m² de surface d’exposition.

 

"Time for Reading", tel était le thème central de cette 27e édition qui a attiré 580 000 visiteurs heureux de rencontrer l’ensemble de l’édition taïwanaise (327 exposants) et internationale (408 exposants de plus de 50 pays). L’Allemagne, pays invité d’honneur, a attiré un large public sur un pavillon noir et rose, au design inspiré par l’école du Bauhaus dont on fête le centenaire cette année. De nombreuses conférences ont été organisées en présence d’auteurs de renom tels Ferdinand von Schirach, Sebastian Fitzek, maître du thriller psychologique, Alex Scheffler, auteur de livres pour enfants, et le romancier Arne Jysch.

 

Regards croisés

La France n’était pas en reste, loin de là. Avec le soutien du Bureau français de Taipei, un riche programme était proposé au public, réunissant auteurs français et taïwanais parmi lesquels Frédéric Pajak et Yeh Hao qui ont échangé sur Walter Benjamin, ou encore Éric Faye qui a dialogué avec Chan Huy Ching sur le rôle politique de la littérature et a également échangé avec Yu-Li Lin lors d’une conférence intitulée "les confins du réel et de la fiction". Autres interventions remarquées, celle de Nicolas Bousquet, mathématicien et chercheur, à l’origine d’un programme ayant permis, pour la première fois, la traduction par l’intelligence artificielle d’un ouvrage technique relevant d’un niveau de qualité presque parfait, qui a participé au débat sur "la traduction à l’heure de l’intelligence artificielle" et celle de Peggy Nille qui a fait découvrir son travail d’illustratrice et d’auteure en animant un atelier créatif avec des enfants.

 

Un volet professionnel, fort apprécié des éditeurs taïwanais, complétait cette programmation. Ont animé ces conférences : Martine Bertéa (CNRS Éditions) et Tay-Sheng Wang (NTU Press) pour "Les éditions universitaires à la rencontre de leurs nouveaux lecteurs, quelles stratégies ?" ; Lily Salter (Fayard) et Eugenia Cheng (Delight Press) pour "Littératures en traductions" ; Julie Finidori (Albin Michel) et Emily Chuang (Emily Publishing Company) pour "Regards croisés sur les échanges de littérature contemporaine entre la France et Taïwan".

 

Développer les échanges entre la France et Taïwan

Au total, onze professionnels du livre français se sont rendus à Taipei, dont Pixie Shields (Marabout), qui vient chaque année car "Taïwan, c’est en moyenne une vingtaine de cessions de droits par an (dont 6 à 10 titres pendant le salon), le même nombre de cessions par an qu’en Chine". Marion Girona et Anne Desramé (Fleurus) viennent également régulièrement échanger avec les éditeurs taïwanais et découvrir de nouveaux partenaires, tout comme Sally Mak (Casterman, Flammarion Jeunesse - Père Castor) qui fait le déplacement tous les ans.

 

La remise du Prix de la traduction ATTF-BNP PARIBAS s’est déroulée sur le stand du BIEF. Créée par l’Association taïwanaise des traducteurs de français (ATTF) et sponsorisée par BNP PARIBAS, cette récompense permet de mettre en lumière de nouveaux traducteurs talentueux. Cette année, il a été décerné à Fan Chao-yen pour sa traduction d’Un sac de billes de Joseph Joffo.

 

La nouvelle équipe du Bureau français de Taipei souhaite développer davantage les échanges et réfléchit à la mise en place d'un prix littéraire récompensant des auteurs de fiction et non-fiction non encore traduits. Une affaire à suivre...

 

Pour en savoir plus, voir :

- Le secteur de l'édition à Taïwan en 2018, par Pierre-Yves Baubry

- Le catalogue des exposants de la Foire internationale du livre de Taipei


Christine Karavias
févr. 2019
Précédent Suivant