Articles

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Compte rendu

Paris-Francfort Fellowship, un nouveau programme pour jeunes professionnels allemands et français

juin 2017

C’est dans le cadre de l’invitation d’honneur de la France à la Foire du livre de Francfort, que le programme Paris-Francfort Fellowship, destiné aux jeunes professionnels du livre français et allemands, a été lancé.

 

Pour cette première édition, le groupe était constitué de quatorze participants : six éditeurs, une agente d’éditeur, deux libraires, deux responsables des droits, une responsable marketing, une attachée de presse et une responsable de développement numérique. "C’était très intéressant de mélanger des profils si différents pour partager nos expériences. En temps normal, on ne se croise pas", explique Laon Nguyên, responsable des droits qui travaille chez Matthes & Seitz à Berlin.

 

Installée en Allemagne depuis plusieurs années, Laon Nguyên connaît peu le marché du livre français ; elle n’a donc pas hésité à postuler à ce programme. D’une durée de deux semaines, avec un temps de préparation linguistique, un voyage d’études en Allemagne et un voyage d’études à Paris, le programme permet en effet de se familiariser rapidement avec les deux marchés. Du côté allemand, le programme s’est déroulé à Francfort et à Berlin, avec des rencontres en librairies, la visite du grossiste Libri, une discussion avec l’agent littéraire Michael Gaeb, ainsi qu’une rencontre avec un gros éditeur (Aufbau) et un éditeur indépendant (Verbrecher Verlag).

 

De nouvelles idées dans les valises...

"Je reviens d’Allemagne avec beaucoup d’idées, par exemple la création d’une revue de nouvelles américaines, que l’on pourrait faire traduire par de jeunes traducteurs, comme le fait Verbrecher Verlag", explique Ekaterina Koulechova qui s’occupe des droits, de la fabrication et du développement numérique aux éditions Gallmeister.

 

Du côté français, ont été organisées différentes tables rondes, dont une sur la relation auteur-éditeur, avec Benoît Virot, du Nouvel Attila, et son auteure Maryam Madjidi, lauréate du Goncourt 2017 pour son premier roman, Marx et la poupée. Afin d’expliquer le système de distribution-diffusion, très différent dans les deux pays, Jean-Paul Hirsch, directeur commercial chez P.O.L, a exposé sa façon de travailler avec les représentants et les libraires. Puis, le groupe a rencontré Fernando Barros à la librairie Tschann et Georges-Marc Habib, gérant de la librairie L’Atelier.

 

"Je ne comprends pas comment un libraire peut survivre à Paris, étant donnés les loyers énormes et le prix des livres, plus bas en France qu’en Allemagne", s’étonne Franziska Hansel de la librairie Hugendubel d’Ingolstadt. Autre point qui intrigue les Allemands, celui de la "surdiffusion". "Pourquoi, se demandent-ils, embaucher une personne responsable des relations libraires puisqu’il y a déjà les diffuseurs ?"

 

Un nouveau réseau professionnel franco-allemand

On observe encore une différence importante, sur un sujet qui fait débat en France : la place des agents littéraires. Reconnus depuis longtemps comme acteurs du marché du livre en Allemagne, ils doivent toujours défendre leur place en France. "Lorsqu’on travaille pour les éditeurs, cela ne pose pas de problème, mais les choses se compliquent lorsqu’on est agent d’un auteur", explique Marie Lannurien, de L’Autre agence.

Autant de différences qui,  pour autant, n’ont absolument pas empêché l’émergence d’une cohésion de groupe et la création d’un nouveau réseau de jeunes professionnels du livre, qui perdurera certainement bien au-delà du programme.


Katja Petrovic
juin 2017