Articles

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Article

Les éditions Marsam pour la jeunesse, la dimension du bilinguisme

mars 2017

À l’origine, Marsam est une galerie d’art avec un atelier d’estampe, créée en 1975 à Rabat, et transférée en 2003 à Casablanca dans un centre d’art équipé de presses graphiques et offrant une résidence d’artistes. C’est à cette période que Marsam publie quelque 300 œuvres graphiques et une trentaine de folios d’art et de livres de bibliophilie.

Parallèlement à l’édition d’art, Marsam a développé à partir de 1997 une activité dans différents domaines : roman, poésie, essais, beaux-livres et livres de jeunesse. À ce jour, 400 titres, dont 70% en français, ont été publiés.

 

L’édition de livres de jeunesse – 60 titres dont 85% d’albums et 15% de romans – est en quasi-totalité bilingue arabe-français. Tous les auteurs sont marocains. Nos illustrateurs, eux, sont majoritairement étrangers : français, italiens, sud-américains, espagnols… Les auteurs livrent leur manuscrit dans l’une des deux langues et nous faisons appel à des traducteurs professionnels pour réaliser l’édition
bilingue. La darija (arabe dialectal marocain) est parfois employée comme langue d’origine, en particulier quand il s’agit d’un conte oral populaire.

 

Nous avons pour projet d’éditer en version bilingue français-anglais, en plus de l’arabe, deux ouvrages : Ali Baba dans le palais de la mémoire de Jean Greisch et Le renard et le hérisson de Stephen Jay Gould, publiés par les Éditions Ipagine, avec lesquelles nous sommes en négociation pour l’acquisition des droits. La production en trois langues est une dimension éditoriale nouvelle pour la maison.

Jusque-là, Marsam n’a coédité qu’un album avec un éditeur français, les Éditions du Jasmin : l’un des ontes des Mille et Une Nuits, Le cheval volant.

 

Distribution et foires du livre

La distribution au Maroc est assurée par trois structures, mais nous sommes actuellement à la recherche d’un autre partenaire. Nous réalisons quelques ventes directement à des libraires mais surtout à des écoles. En France, nous travaillons avec un distributeur, partenaire notamment d’éditeurs du Maghreb, et avec de rares librairies ou bibliothèques qui nous passent commande lors des salons.

 

Par ailleurs, Marsam participe régulièrement à des foires et salons du livre : Foire de Casablanca et divers salons régionaux du Maroc, manifestations du Proche-Orient, Salon du livre de Paris et surtout Salon du livre jeunesse de Montreuil (depuis 10 ans). Pour la première fois cette année, nous serons présents à la Foire du livre de jeunesse de Bologne.

 

Développer une édition marocaine pour la jeunesse de qualité

Au Maroc, l’édition du livre jeunesse en est à ses balbutiements. Quatre à cinq éditeurs se positionnent sur le marché, avec une ambition de qualité. Ils déploient beaucoup d’ingéniosité pour proposer des prix compétitifs.

Les tirages ne dépassent guère 2 000 exemplaires, rarement 3 000, par titre, ce qui conduit à un coût de production élevé. Seuls le soutien du SCAC autrefois et celui du ministère de la Culture marocain actuellement, ont contribué à améliorer l’édition jeunesse tout en gardant un prix de vente public relativement abordable pour le jeune lecteur marocain.

 

Malgré nos efforts, nos prix restent encore élevés et les livres de jeunesse soldés, en arabe ou en français, qui envahissent nos marchés constituent une rude concurrence pour nos maisons récentes.

La création de bibliothèques dans les villes et dans les villages va dans le sens d’un plus grand accès au livre jeunesse mais cela reste encore timide.


Rachid Chraïbi, directeur
mars 2017
Précédent Suivant