Articles

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Compte rendu

Bologne 2017 sous le signe de la Chine et des États-Unis

mai 2017

La Foire du livre de jeunesse à Bologne a de nouveau accueilli éditeurs, illustrateurs, producteurs et développeurs d’applications du monde entier et enregistré 15% d’augmentation de sa fréquentation par rapport à l’année dernière.

 

Compte tenu de l’absence de nombreux professionnels américains à la Foire de Bologne, les organisateurs ont annoncé la création d’une nouvelle foire généraliste à New York, avec un fort focus jeunesse. Cette foire professionnelle, qui se déroulera pour la première fois fin mai/début juin 2018, a pour objectif de voir se développer les échanges de droits avec les éditeurs et agents américains.

"Grâce à cette nouvelle foire, la Foire de Bologne élargit son champ d’action pour mettre en place de nouvelles relations et alliances business entre les éditeurs, à un niveau global", explique Franco Boni, Président de la Foire de Bologne.

Une initiative fortement approuvée par les professionnels du livre jeunesse, dont les Français, pour qui la vente de droits aux Américains reste difficile : seuls 70 titres cédés en BD et 57 en jeunesse en 2015 ; 136 BD et 64 titres jeunesse en 2014. Néanmoins, les rencontres organisées dans ces deux domaines par le BIEF à New York en 2015 et 2016 ont pu attirer à chaque fois une cinquantaine d’éditeurs américains, témoignant ainsi de leur intérêt croissant pour la production française.

 

Autre sujet largement discuté dans les allées de la foire : premiers acheteurs de livres français en jeunesse, les éditeurs chinois font depuis peu face à des restrictions sur la délivrance des ISBN de la part de leur gouvernement. Constatant un fort déséquilibre des échanges de droits et craignant une trop grande influence des idées et valeurs occidentales sur les jeunes lecteurs chinois, les autorités du pays souhaitent freiner les importations de titres étrangers. "Pour moi, cette mesure avait des conséquences en amont de la foire, puisque plusieurs contrats avaient été annulés avant la signature", explique Stéphanie Vernet, agente de The Picture Book Agency. "Les éditeurs chinois étaient un peu plus sélectifs dans leur choix. Ils se sont particulièrement intéressés aux titres d'une auteure chinoise, publiée en France et qu'ils pourraient facilement faire publier en Chine puisqu'il ne s'agit pas d'une auteure étrangère", précise-t-elle. Pour Anne Bouteloup, directrice des droits chez Gallimard Jeunesse, "un seul rendez-vous avec CITIC Press n'a pas eu lieu, car la maison avait annulé son déplacement. À part cela, précise-t-elle, tous mes autres rendez-vous chinois étaient présents. Quand nous les interrogions sur le sujet, les éditeurs chinois disaient attendre une annonce plus officielle des restrictions, au mois de mai semble-t-il. En attendant, c'était pour nous 'business as usual'".

 

Une autre habitude semble s’être bien installée à Bologne. Une fois de plus les éditeurs et illustrateurs français ont été largement récompensés. Cette année, six éditeurs se partagent un prix et six mentions. Cambourakis remporte le prix dans la catégorie Books and Seeds. Actes Sud Junior est distingué deux fois et De La Martinière Jeunesse, MeMo, les éditions Thierry Magnier tout comme L’Agrume ont reçu des mentions.

 

L’édition 2018 de la Fiera del libro per Ragazzi aura lieu du 26 au 29 mars.

 


Katja Petrovic
mai 2017
Précédent Suivant

Plus d'infos